AFL CIO - L'affaire Nafissatou Diallo et les conditions d'emploi dans l'hôtellerie américaine (Revue de presse)

Publié le par Mae Bat

Avant propos

"La triple peine de Nafissatou Diallo" 

Agressée sexuellement par Dominique Strauss Kahn, agressée par la presse comme femme et immigrée d'une ancienne colonie française, agressée comme employée de l'hôtellerie ; aussi surement que son syndicat AFL CIO notre Union sociale continuera d'apporter son soutien à Nafissatou Diallo.

Si la publication des articles et déclarations de son syndicat témoigne d'un travail exemplaire de cette autre Union, ces articles démontrent, au delà du fait divers, ce à quoi  les médias français voudraient cantonner ce conflit, de la profondeur des clivages de classe sociale, du mépris, ici de l'oligarchie française, pour les plus modestes salariés.

Anecdotique et révélateur, sur une "première chaine d'information" télévisuelle française le "honte à toi !" adressé à Dominique Strauss Kahn lors de la manifestation du 6 Juin devant la Cour Pénale devenait l'expression de la honte des salariées de l'hôtellerie. 

C'est peu dire que nous sommes solidaires de Nafissatou Diallo puisque dans ce conflit nous avons le même adversaire et rendiquons les mêmes armes et d'abord celles de la lutte défensive et syndicale. Les affaires sont assez nombreuses en France de harcelement moral ou sexuel pour que l'on ait pu espérer entendre se mobiliser nos confédérations syndicales - tant d'appareils et tant de fonctionnaires syndicaux pour un tel silence, l'indécence décidement n'est pas toujours là ou on la cherche.

Contre la double peine des femmes salariées !

Union sociale Autogestion.

 
afl
Extraits d'articles publiés sur le site AFL-CIO, traduction Google revue par nos soins. 
NEW YORK - Un mauvais endroit pour s'attaquer aux employés d'hôtel.

"Il est un fait malheureux, qui attire peu l'attention des médias ou du public : les travailleurs du "secteur de l'hôtellerie" subissent une exploitation en silence, presque partout.

Normalement, c'est un travail pénible physiquement et souvent dangereux en retour de salaires honteusement bas, et peu, sinon aucun avantage. Normalement, ils travaillent sur appel, et leurs moyens de subsistance dépendent donc uniquement des fluctuations quotidiennes d'une activité volatile, mais aussi des caprices des petits cadres qui exercent  sur eux un pouvoir arbitraire.

La plupart des travailleurs de cette industrie ne sont pas syndiqués et ont donc peu de droits vis-à-vis de leurs employeurs, même sur le papier, et beaucoup moins en pratique. Ils doivent être obeissants ou être sinon sanctionnés, ou licenciés ou simplement se voir refuser du travail, sans motif, à tout moment. 

 Les travailleurs non syndiqués qui se trouvent aussi à être des immigrants en situation irrégulière - une grande proportion de l'effectif total dans l'industrie hôtelière américaine - vivent presque entièrement sans la protection de la loi. 

Pour ces raisons, les employeurs, en général, n'hésitent pas à maltraiter les employés, à les tromper, à faire abstraction de leur sécurité, à leur voler leur dignité, et à violer même les quelques misérables droits légaux qui existent en théorie, tout en sachant qu'ils peuvent le faire en toute impunité. Ainsi, les employés dans cette industrie ont généralement trop peur pour se plaindre de rien.

La philosophie de gestion dans cette entreprise de services de luxe attend des employés qu'ils se comportent avec une servilité extrême envers les clients («invités»). Le mot d'ordre, «le client a toujours raison», influe fortement sur l'industrie, du moins dans son attitude envers les employés. Cela encourage une atmosphère dans laquelle les travailleurs sont souvent pratiquement invisible au public, sauf peut-être à certains qui les considèrent comme des proies faciles.

Ces conditions existent partout dans le monde, sauf dans certaines enclaves, comme la plupart de l'industrie de l'hôtel (mais malheureusement pas la plupart du secteur de la restauration) à New York, et des portions de certains des autres grands hôtels en Amérique du Nord. C'est parce que ce sont les endroits où les travailleurs d'hôtel ont des syndicats forts.

Dans l'industrie hôtel du monde entier, New York a la plus forte proportion de syndicalisation (75%) des employés d'hôtel et les meilleurs contrats. Ils bénéficient des salaires les plus élevés dans l'industrie, d'excellents avantages sociaux, d'une sécurité d'emploi forte, de bonnes conditions de travail, .. Ils ont aussi un syndicat militant - leur propre organisation, régi et financé non pas par de riches donateurs, mais par eux-mêmes - qui fait respecter ces droits avec combativité.

En conséquence, cette enclave est l'un des seuls endroits sur terre où la plupart des travailleurs hôtel n'ont pas peur de parler et de demander justice. [20 Mai 2011]

".. Notre adhérente [Nafissatou Diallo] a le droit de savoir qu'il y a des gens à ses côtés, y compris ses amis et collègues, et son syndicat."

 

Adresse de Ward Peter, président du syndicat, aux adhérents de l'Union. 

Je voudrais aborder certaines des questions qui ont été soulevées dans le cadre des récents événements concernant le conflit entre Dominique Strauss-Kahn et l'un de nos membres employé à l'hôtel Sofitel.

Nous reconnaissons que Dominique Strauss-Kahn et ce membre de notre syndicat sont les deux seules personnes qui savent avec certitude ce qui s'est passé dans une suite présidentielle de l'hôtel qui ont conduit à son arrestation et à une forte couverture des médias internationaux. Nous avons choisi de soutenir notre adhérente. Tout comme M. Strauss-Kahn a de grandes ressources à sa disposition pour le soutenir, notre membre a le droit de savoir qu'il y a des gens à ses côtés, y compris ses amis et collègues, et son syndicat.

Comme vous le savez tous, les médias ont accusé de mensonge de ce membre en matière d'immigration et sur une demande de logement ainsi que sur ses formulaires d'impôt, qui, si celà est vérifié, fait d'elle l'une des probablement millions de gens qui ont fait les mêmes choses. 

Elle aurait dit à d'autres mensonges, et certains organes de presse ont dit des choses encore pire à son sujet. Cela ne signifie pas que ces choses soient vraies. Elle est victime de la frénésie de la presse internationale, la vérité peut alors passer au second plan derrière  la volonté de vendre des journaux. 

À moins de raisons plus solides qui conduisent le syndicat à agir autrement, elle [Nafissatou Diallo] a droit à notre soutien.

 

De toute évidence, notre Union n'a aucun contrôle sur la plupart des choses liées à cette affaire, y compris les faux rapports de presse, les fuites présumées, les sources anonymes, et plus généralement sur la bourrasque médiatique internationale qui a accompagné tout cela.

Nous n'avons pas non plus de contrôle sur un rapport publié qui présentait cette adhérente comme étant une prostituée introduite dans le Sofitel par notre syndicat. Le média qui a publié cette information fait aujourd'hui l'objet de pousuites judiciaires, il savait ou aurait dû savoir que ces choses n'étaient pas vraies.

Pour la petite histoire, notre syndicat avait absolument rien à voir avec l'embauche de Nafissatou Diallo, au regard non seulement de nos dossiers, mais aussi des registres de l'hôtel Sofitel lui-même. La demande d'emploi qui nous a été fournie par l'hôtel indique qu'elle a été présenté à l'hôtel Sofitel non pas par nous mais par l'International Rescue Committee, une organisation hautement respectée qui aide les réfugiés. 

Nous devons ajouter que cette semaine le directeur général du Sofitel a confirmé cette information. Il n'y a absolument aucune preuve que cette adhérente ait déjà été employée dans un autre hôtel avant le Sofitel. Elle ne s'est jamais inscrite au bureau de placement du syndicat. En fait, nous avons des preuves irréfutables que la préposée aux chambres du Sofitel est devenue un membre de notre Union seulement après qu'elle soit devenue employée au Sofitel.

Il y a plus. En Décembre 2010, bien avant cet incident, le syndicat a déposé une réclamation contre le Sofitel et un certain nombre d'autres hôtels parce qu'ils avaient embauché, au cours d'une période de plusieurs années, un trop grand nombre de salariés en dehors des listes de placement du syndicat et qui n'avaient aucune expérience antérieure du travail dans un hôtel. Nous avons fourni toutes ces informations à la presse, mais celà n'a pas changé ce qui était publié.

Ainsi, comme vous le savez, la source anonyme citée dans le rapport publié affirmait que la section locale des préposés aux chambres commencaient généralement leur carrière dans «les motels de l'aéroport JFK", celà est complètement faux. Peu de nos membres obtiennent leur premier placement d'emploi hors de Manhattan, et la majorité d'entre eux commencent à travailler dans l'industrie des hôtels de luxe où la plupart de nos membres travaillent.

 

Il se peut qu'il soit encore beaucoup question de notre syndicat à propos de l'affaire Nafissatou Diallo. C'est parce que depuis que cette affaire a commencé nous avons énoncé publiquement notre ferme position sur  le langage et le comportement inappropriés et inacceptables de ce client de l'hôtel. Nous avons attiré l'attention sur la nécessité d'une plus grande sécurité pour les préposés aux chambres et nous avons appelé à davantage de formation pour tous les employés confrontés au harcèlement sexuel.

Hors l'incident à l'hôtel Sofitel il y a eu d'autres événements récents dans les hôtels où les clients se sont comportés de façon inappropriée, y compris à l'Hôtel Pierre, où un client a admis devant la cour ce qu'il avait fait à l'un de nos membres et où il a plaidé coupable à de troisième degré l'abus sexuel. Il faut ajouter que l'Hôtel Pierre a accepté des formations renforcées et la mise à disposition de "bouton de panique" pour les préposés aux chambres.

Nous n'avons pas appelé les médias à propos de tout cela, les médias nous ont appelés. Et nous avons accepté leur invitation et choisi de parler de ces problèmes ouvertement et honnêtement. Beaucoup de nos membres, certains d'entre eux devant la caméra pour les équipes de télévision à la fois nationaux et étrangers, ont témoigné. Nous n'avons pas de regrets à ce sujet. En fait, nous saluons les préposés aux chambres qui ont eu le courage de faire ces entrevues à la télévision. Ils ont rendu un grand service à tous nos adhérents.

A ce moment précis, je ne pense pas que quelqu'un sait comment l'affaire du Sofitel va finir. Mais je sais que l'Union continuera à s'efforcer d'améliorer la sécurité et la formation des préposés : vous n'avez pas à tolérer un langage abusif ou comportement par les clients et vous n'avez pas à craindre signaler ces incidents à la direction.

Il ya une autre chose que vous devez savoir. Le résultat de l'incident Sofitel, ou la culpabilité ou l'innocence des personnes impliquées, ne modifie en rien la position de l'Union sur ces questions. [5 Juillet 2011]

 MOBILISATION SYNDICALE DEVANT LA COUR PENALE DE MAHNATTAN le 6 Juin 2011.

 Femmes-de-chambre-tribunal-DSK

"125 préposés aux chambres d'hôtel à uniforme auxquels s'est joint le président du syndicat Peter Ward devant la Manhattan Cour pénale le matin du lundi 6 Juin pour démontrer leur soutien et leur solidarité avec la préposée aux chambres et confrère de notre syndicat qui a courageusement signalé qu'elle a été agressé alors qu'elle faisait son travail à l'Hôtel Sofitel. 

 L'occasion de ce rassemblement a été la mise en accusation formelle de l'ancien du FMI le patron, Dominique Strauss-Kahn qui a été inculpé de sept chefs, y compris: une tentative de viol, abus sexuel, de toucher par la force, et l'emprisonnement illégal.
"Nous nous attendons à une justice égale pour tous, sans distinction de race, de classe, ou de la richesse», a déclaré Doris Kodie Osei de l'Hôtel Pierre, l'une des préposées aux chambres qui était présente.
Une autre préposée aux chambres, Vivienne Morgan de l'Hôtel New York Helmsley, a dit, "ici à New York, les employés d'hôtel se sont levé, serrant les coudes pour parler, et nous n'allons pas être silencieusement victimisé par n'importe qui."
Beaucoup de préposés aux chambres et Peter Ward ont été interviewés par la presse.
Ward a commenté, "Nous voulons que la victime de ce crime de sache que ses frères et sœurs au sein du syndicat sont derrière elle."
Des préposés aux chambres dans les hôtels suivants ont assisté à la démonstration: Grand Hyatt, Helmsley Park Lane, Plaza, Jumeriah Essex House, Pierre, l'hôtel Sofitel, New Yorker, le Mandarin Oriental, Westin Times Square, l'hôtel Sheraton de New York, Times Square, l'hôtel Hilton de New York, Warwick, Omni Berkshire, et Paramount.

Beaucoup d'autres auraient voulu venir, mais les deux bus loués pour l'occasion ont été remplis à pleine capacité."

   

Publié dans Tendances Amérique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article