Un autre monde est possible maintenant ! - Union sociale autogestion.

Publié le par Union Sociale

 
 autogestions.over-blog.com - solidaire
 
Quelles sont nos priorités pour 2012.
 

Les revendications des travailleurs sont elles prises en charge par les candidats à l'élection présidentielle ou par les partis politiques qui présenteront des candidats aux élections législatives ?

Le chantage, complaisamment accepté, des agences de notations (c'est à dire des représentants des spéculateurs) n'est sans doute qu'un prétexte, comme "la crise" préalablement organisée par la réforme des banques centrales et la mise en place de l'euro, pour s'attaquer aux régimes sociaux et aux législations sociales (médecine du travail, droits des chômeurs ou des accidentés du travail, ..).

Ce sont là les fondamentaux autour desquels nous devrions distinguer entre l'UMP et le Parti socialiste. Nous disons Non !

L'Etat organise un gigantesque transfert des revenus et des biens publics vers la Bourgeoisie, de l'économie réelle vers les rentiers de la Bourse, les spéculateurs. C'est donc bien de la nature de L'Etat et de l'Union Européenne que nous devons également nous inquiéter.

Le rétablissement des services publics, le contrôle des secteurs économiques stratégiques (énergies, circulation, communication, alimentation, distribution) comme de la propriété du sol sont indispensables au développement d'une société harmonieuse excluant la compétition entre tous.

Les travailleurs doivent donc partout agir pour que l'autogestion, les coopératives ou les mutuelles puissent demain remplacer le secteur capitaliste, agir dès à présent dans leurs entreprises, par le biais de leurs syndicats ou toute autre forme d'organisation en imposant le contrôle ouvrier. 

C'est bien du caractère illusoire des réformes aujourd'hui remises en cause dont nous devons nous inquiéter, c'est aussi du caractère mensonger des discours politiciens dont nous devons prendre acte.

Si nous devons agir c'est donc en priorité à reconstruire les organisations indépendantes qui sont indispensables pour la lutte des classes qui nous est imposée par le capitalisme.

Il n'y a pas de voie de secours, de raccourcis parlementaire aux luttes à mener, attendre encore c'est devoir entreprendre la lutte dans de plus mauvaises conditions politiques et sociales.

Un autre monde est possible maintenant !

            

Union Sociale Autogestion

7 Novembre 2011

Publié dans Communications

Commenter cet article