Vivre et travailler au pays - La CFDT BTP confrontée à des accusations diffamatoires.

Publié le par Mae Bat

La Réunion - Carte -Nous avons conscience ici qu'il serait plus facile de suivre la pente euro-libérale, de l'enjoliver de tout un folklore "internationaliste" mal compris plutôt que de venir défendre ici, comme contre les délocalisations, le droit de vivre et travailler au pays - un droit pour tous y compris nos amis immigrés et déjà parce que nous avons vécu dans nos familles le poids du déracinement, jusqu'à la mort prématurée de nos parents. Inutile donc de nous accabler de commentaires "politiquement correct" nous savons d'où nous parlons(a).

Nous nous étions ici étonné de l'ampleur donnée à la campagne intersyndicale- quand nos fonctionnaires syndicaux manifestent des velléités activistes, conduite à propos de l'affaire Engelmann avec en toile de fond européiste la défense de l'ouverture des frontières. Campagne caricaturale quand parvenue à son terme certaines Fédérations, la plus-part, devaient constater qu'aucune section syndicale n'était affectée d'un adhérent du Front National ; c'était là simplement accréditer et renforcer la thèse selon laquelle les syndicalistes seraient accablés de tendances populistes.

C'est de nouveau cette soupe froide qui s'apprête a être servie à nos compagnons de la CFDT de La Réunion cherchant à défendre la priorité de l'embauche des "locaux". Dans ce département où le taux de chômage(b) est de 37,6% (2009) soit une augmentation de 12 points en 35 ans !

Ou bien ces prolétaires "sans patrie" n'ont ils d'autres choix(c) que l'immigration vers la Métropole ?

(a) Un conseil cependant à la "gauche bien pensante", qu'elle fasse enlever les rochers qui ornent les parkings pour en empêcher l'accès aux gens du voyage et qu'elle cesse d'expulser les Roms des squats et camps de fortune.. des Roms européens, et ensuite seulement nous la considererons comme un interlocuteur valable de ces affaires. Sachez, vous aussi, d'où vous parlez !
(b) Témoignages.re  
(c) Autres mouvements sociaux - "Depuis vendredi 25 mars 22 heures, des délestages électriques se déroulent dans le sud et l'ouest de l'île, suite à l'arrêt des centrales thermiques du Gol à Saint-Louis et de Bois Rouge à Saint-André. 
Les salariés de la Séchilienne-SIDEC, groupe privé gérant ces deux centrales, sont en grève et réclament depuis plusieurs mois la prime de vie chère de 53,8% qui est accordée aux fonctionnaires dans l'île en vertue de l'application de l'article 14-paragraphe 6 du statut des industries électriques et gazières de 1946. Ce mouvement de grève concerté concerne également les Antilles (la Guadeloupe et la Martinique). Des coupures tournantes sont à prévoir dans les prochains jours aux Antilles mais aussi en Guyane." Le Post 29 mars 2011
 

Affiche-a.jpgLa CFDT-BTP persiste et signe. Dans ce dossier des travailleurs étrangers, l’EDF maître d’ouvrage a menti. La Préfecture, qui n’a jamais dit toute la vérité dans cette affaire, se révèle une façon de mentir.
Quant aux collectivités (Région et Département) et certains courants politiques, ils mentent par omission puisque c’est le silence radio inquiétant qui les envahit. Nous condamnons cette irresponsabilité qu’ilsaffichent. II est vrai que nous sommes encore en période de vacances.

La CFDT-BTP sera présente lors de la réunion du 18 août programmée par les dirigeants d’EDF. Néanmoins, elle n’acceptera pas que les propos de ceux-ci ne soient pas corroborés par des documents de preuve : la relation contractuelle des 220 travailleurs étrangers et les conséquences juridiques liées à la Convention collective régionale doivent nous être démontrées clairement.
Nous ne nous contenterons pas de documents aléatoires notamment, que nous remettront les responsables d’EDF.

En outre, pour la tenue d’une table ronde que nous avions demandée le 22 juillet par mail au préfet, laquelle demande remise en main propre le 26 juillet, nous n’avons reçu aucune réponse. Nous lui conseillons d’y répondre, car nous sommes dans cette attente !
C’est du mépris affiché vis-à-vis des partenaires sociaux, et en particulier des salariés et des chômeurs du BTP. A ce sujet, il est bon de rappeler aux responsables de ce Département les 10.000 emplois supprimés depuis la fin des travaux de la route des Tamarins.

A ceux qui osent enfin s’exprimer sur certaines radios que ce débat-là relève des thèses du Front national, nous leur demandons une seule chose : de faire très attention à la colère de ces milliers de Réunionnaisqu’on voudrait cataloguer de tels propos. N’en sont-ils pas eux-mêmes les porte-paroles ?
Dès lors que ces milliers de Réunionnaiscomprennent mal que certains travaux leur échappent sous prétexte qu’il s’agit de spécialisation pointue. A quoi donc sert-elle la formation dispensée chaque année (des millions d’euros) ?
En vérité, mensonge là aussi, puisque beaucoup de ces travailleurs, au chômage ou non, sont qualifiés pour faire ce travail que font les Espagnols et autres préposés “d’ailleurs”.
Ce travail de soudure a été réalisé par plusieurs d’entre eux sur les ouvrages d’art de la route des Tamarins.

Le CFDT-BTP (Source Témoignages.re17 Aout 2011)

 

Vivre et travailler au pays - Conflit à La Réunion (Centrale thermique EDF)

 

Valeurs républicaines ou anti-capitalisme, l'affaire Engelmann (maj 09.04.11).

Publié dans Mouvements sociaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article