Quitter l'Union européenne pour établir la démocratie ?

Publié le par Mae Bat

"Le projet de marché commun tel qu'il nous est présenté est basé sur le libéralisme classique du XX° siècle selon lequel la concurrence pure et simple règle tous les problèmes. L'abdication d'une démocratie peut prendre deux formes : soit elle recourt à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique, car au nom d'une saine économie on en vient aisement à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une politique au sens le plus large du mot, nationale et internationale." Pierre Mendès-France 1957 -cité A. Bernier p.25- 
hors sujet - AutogestionDans ce petit livre Aurelien Bernier retrace l'histoire politique de l'Union européenne, de ses institutions, de l'évolution des partis politiques français et plus particulièrement de "la gauche" dans l'acceptation de ce nouveau cadre politique tout entier dévoué, dès l'origine, au développement d'une économie libérale. Développement encore de nouvelles illusions, l'Europe sociale, que l'on nous demande de partager, parfois au nom des plus nobles idéaux tel que l'internationalisme, puisque tout comme les libéraux, les prolétaires n'ont pas de patrie - je dirais n'ont même plus droit à une patrie ainsi que le considèrent ces patrons qui proposent de délocaliser l'emploi et leurs salariés français en Roumanie ou ailleurs, au moindre coût. 

Ainsi donc, avec le même enthousiasme que "la Gauche" avait à vouloir "changer la vie" (1981) - et le succès que l'on sait - Francis Wurtz(a) nous invite à "changer l'Union européenne", "clouant au sol et les inconditionnels de l'UE et les anti-Européens d'extrême-droite". Je relève ici, pour le plaisir, que depuis la liturgie sur les "Hitlero-troskistes", et malgré un changement de camps, les procédés n'ont guère changé dans les rangs effilochés du Parti communiste - et toujours pour complaire à quelques éléments de la bourgeoisie avec toujours la même odeur de soupe gouvernementale.

Mauvais-sujet---Autogestion.jpg

(a) "L'Humanité Dimanche" du 28 Avril au 4 Mai 2011, "Sortir de l'euro".

Lire aussi   Valeurs républicaines ou anti-capitalisme, l'affaire Engelmann (maj 09.04.11).

Mpep Desobeir à l'UE.

"L'Union européenne (UE) est une forteresse ultralibérale. Une forteresse qui, depuis qu'elle est secouée par les crises financières, refuse de changer de cap en dépit des périls. Le piège de la construction européenne s'est refermée sur les peuples, priés d'accepter cet eurolibéralisme à marche forcée. Désormais, ils savent que l'Europe les a désarmés et ne les protège pas.

Devant le mécontentement croissant des citoyens, certains partis appellent à réformer l'Europe de l'intérieur, sans jamais dire comment y parvenir. Rien de surprenant, puisque lesinstitutions ont été vérouillées. Tout au plus des gouvernements retardent ils la transcription de directives, quitte à se faire tirer l'oreille, mais ils finissent toujours par être contraints de se plier aux exigences du droit communautaire." 

"Pour rompre avec cette Europe du libre-échange intégral, il faut assumer une autre position : celle de la désobéissance européenne. Mettre en place des politiques sociales et environnementales passera par la restauration de la primauté réelle du droit national sur le droit européen. Ce livre ouvre le débat interdit : des Etats courageux, à commencer par la France, doivent provoquer une crise institutionnelle salutaire en désobeissant à l'UE." (Editeur 2011)mpep-c.jpg

"En 1999, lorsque le Conseil européen des ministres confie à la commission européenne le mandat extrêmement néolibéral pour les négociations à l'OMC, c'est un social-démocrate qui se trouve à la tête du gouvernement en Allemagne, en France, en Grande-Bretagne et en Italie, sans compter les gouvernements de coalition, dans les autres pays, où se trouvent également des sociaux démocrates.

Les Fabius et les Strauss-Kahn, les Rocards et Jospin, les Delors et les Lamy .. ont tous - ce n'est pas un hasard - mis en oeuvre des politiques qui se détournent de la société solidaire qu'ils avaient pour mandat de bâtir. Ils incarnent à la perfection le renoncement de la social-démocratie à défendre les siens. La construction européenne telle qu'on la subit est le plus puissant révélateur de ce renoncement." R.M.Jennar "Europe la trahison des élites" 2004    

Publié dans Hors sujet

Commenter cet article