Quel OR est il Monsieur Sarkozy ? - "La folie des grandeurs" (comédie burlesque)

Publié le par Mae Bat

Pour un économiste il est souvent compliqué de trouver quelques supports pédagogiques a ses exposés. Heureusement ici nous traitons d'un personnage qui supporte la comparaison avec cet autre acteur burlesque que fut Louis de Funes dans une thématique déjà abordée dans une comédie, "La folie des grandeurs".

Cependant reconnaissons à Nicolas Sarkozy d'avoir su faire de ce sujet plaisant une tragédie (grecque ?), l'exploit n'est pas mince.  

 hors sujet - Autogestion
La-Folie-des-grandeurs.jpg

Parler d'or déjà, de "règle d'or" même, quand l'euro est en faillite - n'en déplaise à Bruxelles aussi bien qu'au NPA ou au Front de gauche, comme l'effondrement du rouble et sa disparition, c'est là une bonne nouvelle - "parler d'or", même l'expression est rassurante.

Lier la faillite de l'euro - par quelques mesures qui prétendraient le sauver, a cette "valeur refuge", l'or, c'est là une forme de lapsus que même l'économiste ne pourrait pas ne pas remarquer. Saluons l'artiste !   

La Règle d'Or soumise à référendum ? 

En réalité la question de "la règle d'or" est moins une question économique, réglementer, produire des textes de loi que chacun s'ingéniera à violer comme tant d'autres lois du civil ou du pénal (la récitation des "affaires" est fastidieuse et toujours incomplète), qu'une question politique, ou plutôt politicienne.

Politicienne, car sur le fond des affaires européennes peu de choses, sinon rien, ne distingue l'Ump du Parti socialiste et qu'il ne s'agit là que d'une taquinerie de campagne électorale.  

En réalité, pour que cela devienne une question politique il conviendrait de soumettre à référendum populaire l'adoption ou non de "la règle d'or" et soyons assuré qu'aucun des deux compères ne le souhaite. 

A.Bontemps & M.B.

  Mauvais sujet - Autogestion

 

 

 Mauvais sujet - Autogestion

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste. La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique. Il n’y a donc pas à s’étonner de la doctrine moderne que plus un peuple s’endette, plus il s’enrichit. Le crédit public, voilà le credo du capital. » (Marx, Capital, Livre I, Section VIII, chapitre XXXI). Bataille Socialiste.

Publié dans Hors sujet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article