Nafissatou Diallo : La solidarité des femmes s'internationalise (France, Guinée,..)

Publié le par Mae Bat

Dernière mise à jour - 10 Aout 2011 
Nafissatou Diallo - Conf de presse. 

Après la conférence de presse donnée par Madame Nafissatou Diallo et les nombreuses associations venues témoigner de leur soutien, une chaîne télévisée française aura multiplié les "micros trottoirs" (sic) tant aux Etats Unis qu'en Afrique pour montrer le témoignage de quelques individus doutant moins de la nécessité d'un procés que de la culpabilité de Dominique Strauss Kahn ! Que d'efforts pour sauver le socialiste français d'une juste condamnation, que de ressources disponibles !

C'est donc dans la discrétion que s'organisent et se développent les réseaux de soutien à Madame Diallo, parfois, car nous sommes en Afrique, la source nous vient d'agence de presse chinoise, ce qui en dit long sur notre "première chaîne d'information française". Décidément la "liberté de la presse" est une expression dont la signification échappe au bon sens commun.

 

DERNIERE MINUTE

Un second procès aura lieu au Civil.

Il semblerait que mettre en cause la dignité du socialiste Dominique Strauss Kahn accusé d'un viol particulièrement sordide sur une femme de ménage immigrée n'ait entamé ni son appétit ni son sourire carnassier. Alors sachant les délais devant les cours de justice en Civil particulièrement long, dix ans d'attente selon une correspondante France Info (09/08/11), l'avocat de Nafissatou Diallo a déposé plainte sans plus attendre pour obtenir dédommagement du crime(a).

Sans doute ce nouveau coups aux finances de la famille de DSK était il le principal sujet de crainte, crainte déjà exprimée à de nombreuses reprises par ses avocats et les publications faisant sa campagne (Nouvel Observateur, ..) et risque que les avocats avaient tenté de contenir en lançant des accusations contre la victime présentée comme l'initiatrice d'un calcul sordide(b).

Il apparait simplement, à la lecture de différentes sources, que l'avocat de Madame Nafissatou Diallo entend se pémunir, en inscrivant la plainte, contre le risque de voir Dominique Strauss Kahn se soustraire à ses obligations de comparution devant la juridiction civile. En autre en faisant obstacle aux velleités que pourrait manifester le Procureur de lui rendre son passeport.

Toujours est il que les victimes, même en droit français mais dans un même procès, ont droit à des dommages-intérêts au titre des violences subies, même involontaires .. alors d'un crime. Mais peut être l'oligarchie souhaite-t-elle aussi être dispensée des règles du vivre ensemble ? - BHL s'était déjà fait "le philosophe" de l'indignité de la justice à instruire le cas Strauss-Kahn .. et à notre tour serions nous contraint de constituer le fichier des oligarches délinquants ?

(a) Le financement des procédures serait assuré par le syndicat AFL.CIO de Madame Diallo, plus de renseignements à l'adresse courriel indiquée plus bas et aussi sur les versements de soutien.

Le risque de voir Dominique Strauss Kahn se soustraire à ses obligations de comparution au procès en civil 

(b) Mais que faisait Dominique Strauss Kahn seul dans cet hôtel en dehors de solliciter diverses employées ?

nb. Il est interessant de noter que dans un conflit opposant les gouvernantes à leur employeur, groupe Hyatt d'hôtellerie de luxe, à Los Angeles, le risque représenté par les clients pervers figure dans la liste des revendications liées aux mauvaises conditions de travail (Juillet 2011). 

 

Des organisations féminines de Guinée

 

soutiennent Nafissatou Diallo. 

CONAKRY (Xinhua) - Plus d'une quinzaine d'organisations non gouvernementales féminines de Guinée, soutiennent la ressortissante guinéenne Nafissatou Diallo qui accuse l'ex-directeur général du Fonds monétaire international ( FMI), Dominique Strauss Kahn, d'avoir tenté de la violer aux Etats- Unis d'Amérique, dans une déclaration rendue publique jeudi.

"Nous, femmes de Guinée, proclamons solennellement notre solidarité à Nafissatou Diallo pour cette dure épreuve qu'elle traverse", a déclaré Djénabou Bah, membre de l'Association des jeunes filles pour la promotion de l'espace francophone, membre du Réseau des femmes africaines ministres et parlementaires de Guinée (REFAM/G).

Le Réseau a précisé qu'elle compte mobiliser toutes les femmes de la société civile guinéenne afin d'apporter leur soutien sans condition à Nafissatou.

Lors de la conférence de presse animée par les responsables et femmes membres du REFAM/G, la secrétaire générale, Mariama Déo Baldé a expliqué que les associations de femmes et filles de Guinée sont "sensibles à la détresse" de Nafissatou.

Le Réseau a salué "la solidarité internationale manifestée par des nombreuses personnalités et associations de par le monde à la Guinéenne".

"Nous allons soutenir Nafissatou Diallo, quelque soit l'issue du procès, puisque que Nafissatou est notre compatriote, puisqu'elle est une femme vulnérable et à cause de la situation extraordinaire dans laquelle est se trouve impliquée", a ajouté Mariam Aribot, une autre membre du Réseau des femmes africaines ministres et parlementaires de Guinée." Afriquinfos 3 Aout 2011

  Soutien à Nafissatou Diallo
TARN. France : Sanaba Coné Camara, cuisinière en collectivité, vient de créer un Comité de soutien à Nafissatou Diallo.

Elle ne connaît pas Nafissatou Diallo. Et ne la voit pas forcément comme une «sainte» comme certains l’ont présentée, pensant défendre une pure victime. Mais elle veut qu’un procès se tienne. Sanaba Coné Camara est française et guinéenne. Quand l’affaire du Sofitel a éclaté, elle a eu un «sentiment de révolte». On parlait de DSK, pas de Nafissatou Diallo. «Je n’ai pas entendu une seconde de compassion pour elle. DSK menotté publiquement, c’est une humiliation, mais, si ce qu’elle dit est vrai, a-t-on pensé à son humiliation à elle ?» Elle qui a toujours voté pour le Parti socialiste a été «effrayée» des propos des ténors du PS sur l’affaire. «Je suis une femme, une mère, une Guinéenne. J’ai l’habitude de m’exprimer. J’ai pris mon crayon et ressorti ma rage.» Un mois plus tard, cette quinquagénaire, cuisinière employée dans la restauration collective et militante des droits de l’homme, est l’une des cofondatrices du comité «Justice pour Nafissatou Diallo», avec des féministes françaises. «Le parcours de cette femme est devenu aujourd’hui un symbole : […] veuve, élevant seule sa fille après avoir émigré et obtenu le droit d’asile aux Etats-Unis. Les femmes et les filles les plus vulnérables de notre société – celles qui sont pauvres, immigrées peu instruites, victimes d’abus sexuels et d’exploitation – bénéficient encore trop peu de la protection de la loi», écrit ce comité balbutiant et artisanal. [...] La naissance de ses deux enfants (un garçon, puis une fille) l’ancre ici. Après dix ans de mariage, elle divorce, en 1988. «D’une certaine manière, j’ai tenu tête. Une autre que moi serait restée.» A partir de là, sa vie change : «Je me suis prise en main.» Elle demande la nationalité française, se met à travailler, milite pour la démocratie en Guinée, rencontre un Malien avec qui elle se marie. Elle ne le voit pas beaucoup parce qu’il est transporteur en Afrique mais trouve que «c’est bien comme ça, chacun doit être libre».Son téléphone sonne. Elle a deux portables dans son sac. «On a reproché à Nafissatou Diallo d’avoir plusieurs téléphones, mais on est beaucoup comme ça : on vit suspendus aux nouvelles du pays, ça aide à tenir. Il ne faut pas être en manque de forfait.»
Depuis plusieurs décennies, elle profite du privilège de vivre en démocratie. Aujourd’hui, elle s’inquiète de «représailles» contre l’opposition guinéenne dont elle fait partie, une semaine après l’attaque manquée contre le président Alpha Condé. .." "La bas dans le Tarn"

  Soutien à Nafissatou Diallo

PARIS/Créé le 16 juin 2011 à l’initiative du Comité de soutien des Guinéens en France et Coalition against trafficking of women (CATW-Europe), Commission pour l’abolition des mutations sexuelles (CAMS), Commission genre de mondialisation d’Attac, Femmes Solidaires, Ligue du droit international des femmes.
Les Guinéens et Guinéennes de France ainsi que les féministes françaises regroupées dans les structures et associations, citées ci-dessus, avons constitué il y a trois semaines ce Comité de Soutien pour exprimer notre solidarité à Nafissatou Diallo dans la terrible épreuve qu’elle subit. Sanaba Coné Camara, membre de la diaspora guinéenne en France, en est la porte-parole. Le Comité de soutien s'organise en partenariat avec plusieurs organisations féministes aux Etats-Unis, en particulier à New York grâce à Dorchen Leiholdt, avocate directrice du plus grand centre venant en aide aux femmes victimes de violence et aux femme migrantes, "Sanctuary for families".
Comme il était prévisible dés le début de l’affaire, la stratégie des avocats de Dominique Strauss-Kahn a consisté à détourner l’attention des accusations d’agression sexuelle et à mettre l’accent sur la personnalité de ND. Avec l’aide des tabloïdes et de sources anonymes proches du procureur, ils ont tenté de détruire la réputation de la jeune Guinéenne. « Comme des requins qui reconnaissent l’odeur du sang, l’équipe qui défend DSK était prête à se ruer pour tuer. La faire passer pour une prostituée allait détruire totalement sa crédibilité ».
Voilà ce que nous a écrit Dorchen Leiholdt, il y a quelques jours. Cette avalanche de propos avancés sans preuve a retardé l’organisation du soutien à Nafissatou Diallo, alors même que, bien malgré elle, le parcours de cette femme est devenu aujourd’hui un symbole : mariée de force à treize ans, veuve, élevant seule sa fille après avoir émigré et obtenu le droit d’asile aux USA. Les femmes et les filles les plus vulnérables de notre société ? celles qui sont pauvres, immigrées, peu instruites, victimes d’abus sexuels et d’exploitation ? bénéficient encore trop peu de la protection de la loi. Les procureurs devraient donc anticiper les mises en cause de la crédibilité et de la réputation des victimes et être prêts à les comprendre, à les défendre et à les protéger.
Une relative prudence semble désormais s’installer dans les medias. Les charges contre DSK ne sont pas retirées et la prochaine audience a même été repoussée au 1er août. Les indications médico-légales confirmant une agression violente ne sont pas contestées. Nous savons d'expérience qu'une femme, excisée et ayant subi un mariage forcé à 13 ans ou 15 ans, c’est-à-dire un viol, n'est pas encline à désirer des relations sexuelles, et encore moins avec un inconnu. Notre constat est que les femmes victimes de violences sexuelles ont encore plus de mal à révéler puis à parler de ce qu'elles ont subi que pour d'autres formes de violence.

ND est toujours sous protection et n’a pas été expulsée. Nous savons qu'un retour dans son pays la mettrait en danger de mort. Dans le même temps, le mur du silence se fracture : En Guinée, remontent dans la conscience collective les viols commis par les militaires en 2009.

Femmes de toutes classes sociales ou couleurs de peau, proies potentielles pour ces agresseurs, nous sommes déterminées à faire cesser ces abus de pouvoir que toutes les sociétés du monde connaissent et dont elles se refusent souvent à voir la gravité. Il s’agit donc d'avancer toutes et tous ensemble
L'objectif du Comité de soutien est de relayer les informations et d'organiser la solidarité autour de ND (en particulier financière dont elle aura très vite besoin car elle risque de perdre son emploi au Sofitel) et pour que justice soit faite.


Contacts : soutien.nafissatou@yahoo.fr

   

Commenter cet article