Mayotte - Une grève générale en France (Automne 2011)

Publié le par Mae Bat

"L’intersyndicale a prévenu que tant qu’aucun accord écrit sur une baisse des prix des PPN n’est signé, le mouvement se poursuivra. Elle dénonce une "augmentation du coût de la vie de 60% à Mayotte alors qu’elle est de 15% à la Réunion et 5% en France"." Linfo.re 4 Octobre 2011 

Très naturellement nous nous intéressons au plus près aux mouvements sociaux dans les territoires éloignés sous administration française. Ces mouvements sociaux permettent d'illustrer les effets les plus catastrophiques de l'euro-libéralisme sur l'emploi et les conditions de vie (logement, alimentation), effets décuplés ici mais résultant de l'application des mêmes principes, ceux d'une exploitation barbare des populations.

C'est pour ainsi dire car ces analyses sont partagées que nos médias donnent peu d'informations sur cette lutte qui remporte de notables succès, baisse des prix de certains produits de première nécessité (PPN) et association des mouvements de consommateurs au contrôle des prix.

Le mouvement apparaît suffisamment déterminé, obligeant certains commerces à baisser le rideau et bloquant les carrefours de circulation, pour susciter l'inquiétude de la droite (Marie-Luce Planchard) que des libéraux-socialistes venu défendre la candidature de François Hollande (députés Lurel et Le Brian) - s'inquiétant notamment des risques de perte de compétitivité (!) du département devant les revendications salariales : "Un revenu de solidarité active à 25% du niveau de la métropole est inacceptable, il faut mettre un terme à cette fonction publique à deux vitesses .. mais il ne faut pas stopper toute compétitivité." .. et donc en se limitant à la défense de leur clientèle électorale.

Le communiqué de la CGPME du Département va dans le même sens que les grévistes, dénonçanttant la pression foncière (loyers des commerces) que l'augmentation abusive des carburants, du fret ou encore des taxes douanières, qu'une baisse de ces dernières seraient sans répercussion sur les prix de détail et de pointer la responsabilité des grands groupes associés aux autorités !

Bref c'est ici aussi le "système sarkozy" de pillage de l'économie réelle.   

Mayotte-Octobre-2011.jpg 
"Dans l’indifférence générale, le département de Mayotte vit un mouvement social tendu depuis une semaine. Syndicats et associations de consommateurs ont appelé à la grève générale pour dénoncer le coût de la vie. Les négociations sont bloquées." Politis 4 Octobre 2011  
 

Véhicules de gendarmerie blindés et gaz lacrymogènes sont de sortie à Mayotte. Dans l’indifférence quasi générale, plusieurs milliers de personnes manifestentquotidiennement depuis une semaine, bloquant les rues et les activités économiques de l’île. Les stations services et les supermarchés ne sont plus approvisionnés. Dans les cortèges, les jets de pierres répondent aux gaz lacrymogènes et plusieurs affrontements ont éclaté la semaine dernière entreles manifestants et les forces de l’ordre. Mardi 27 septembre, cinq personnes ont été légèrement blessées en marge de la manifestation et des journalistes ont été pris à parti mercredi. Depuis, les blindés ont été appelés en renfort ainsi que deux pelotons de gendarmerie réunionnais, d’après la presse locale.

Les organisateurs dénonçaient alors la présence policière et les dispersions au gaz lacrymogène comme de « véritables provocations » venant du préfet. Le responsable de la communication de la police nationale, le capitaine Chamassi dénonçait en réponse « des éléments incontrôlés » qui s’attaquent « aux biens et aux personnes, allant jusqu’à utiliser des cocktails molotov ».

Le mouvement a débuté mardi 27 septembre à l’appel de l’intersyndicale (CGT-Ma, Cisma-CFDT, Solidarité mahorais et le Collectif des citoyens perdus) associée à des associations de consommateurs (Ascoma, Afoc) qui dénoncentle coût de la vie, en écho à la mobilisation nationale dans l’éducation. Des négociations prévues de longue date devaient s’ouvrir avec les patrons de grandes surfaces concernant les prix du sable, du gaz et des produits de première nécessité (sucre, huile, œufs, sardine et riz et ailes de poulet). .. POLITIS 4/10/11

Autogestion - poing leve rouge 
 
"Les négociations contre la cherté de la vie ont échoué à Mayotte. Les manifestants ont ainsi changé de tactiques : ils exigent la fermeture des magasins. Les négociations ont été interrompues. Les syndicalistes accusent les patrons d’entreprise de "s’amuser avec eux". Des affrontements ont de nouveau éclaté entre grévistes et forces de l’ordre hier. 
Selon la presse locale, les syndicalistes ont quitté la table des négociations après 1heure45 de débat hier. Mécontents de la réponse donnée par les entreprises, ils les accusent de "s’amuser avec eux" et qualifient leur comportement d’ "insupportable". Depuis lundi, les négociations n’ont abouti qu’à l’abaissement du prix du mabawa (aile de poulet) ainsi que du prix du riz et des boîtes de sardines, une décision qui n’a pas satisfait les grévistes. Ils réclament la fixation du prix de gaz à 20 euros, l’usage du bois, du charbon de bois, et du pétrole frelaté étant interdit dans le pays.
Selon les syndicalistes, les patrons d’entreprise n’ont pas voulu aborder cette fixation de prix. "Le gaz, on verra plus tard" auraient dit les chefs d’entreprise lors des rencontres. "Il y a eu un échec sur le prix du gaz, les opérateurs se sont campés sur leurs positions et ne veulent pas baisser de plus de 5% les prix", a rapporté un leader d’association.
Face à cette situation, les manifestants appellent l’Etat à s’exprimer publiquement sur sa stratégie de définition du prix du gaz. Des centaines de manifestants ont attendu les résultats des négociations mais en vain. Les syndicalistes ont exigé par la suite la fermeture de tous les magasins et administration des chefs lieux. Ils demandent aussi des acquis rapidement et des négociations sincères. Ainsi, tous les magasins, envahis par les syndicalistes, ont été contraints de baisser leurs rideaux.
D’autre part, des barrages ont été érigés par des jeunes mais la situation s’est vite rétablie. Des affrontements entre force de l’ordre et manifestants ont éclaté en fin d’après-midi. La face à face a été tendue. Les policiers ont fait usage de gaz pour disperser les grévistes tandis que ces derniers leur ont lancé des pierres. Un manifestant a été arrêté pour rébellion contre un gendarme." -4 Octobre 2011-
 
 

Ocean Indien Mayotte La RéunionVivre et travailler au pays - La CFDT BTP confrontée à des accusations diffamatoires.

 

Vivre et travailler au pays - Conflit à La Réunion (Centrale thermique EDF)

Publié dans Mouvements sociaux

Commenter cet article