La question coloniale, la Révolution espagnole et le Front populaire - Daniel Guérin.

Publié le par Mae Bat

Continuant de préparer l'article(s) annoncé(s) sur l'autogestion en Algérie, j'ai entre autre été conduit à me replonger dans les écrits de Daniel Guérin (a). Deux de ces écrits plus particulièrement me paraissent d'actualité car ils résument bien le poids de l'inconséquence du mouvement ouvrier européen sur la question coloniale et sont de nature à susciter notre vigilance quand aux menées impérialistes des nations occidentales.

La question coloniale est rarement traitée dans les écrits sur la guerre civile espagnole, la levée des troupes de Franco dans l'enclave marocaine ne semble pas susciter de fréquentes interrogations. Pourtant, quelques années plus tôt, des militants marocains avaient mandaté Daniel Guerin, qui alors militait avec "La Révolution Prolétarienne" de Monatte, pour démarcher les représentants de la CNT espagnole.

La nature de cette incompréhension, de cette indifférence devant la question coloniale peut s'expliquer de diverses manières et la plus déplaisante est de devoir constater le sentiment de "supériorité" que le mouvement ouvrier des métropoles partage avec le colonisateur(b). Mais nous devons aller plus avant encore en constatant que nombre de nos "radicaux" recherchent un prolétariat tel qu'il aurait été défini dans les textes, je devrais dire "les écritures", de Karl Marx à l'encontre même d'une réalité qu'ils condamnent(c).

Aujourd'hui les questions du colonialisme ou de l'impérialisme ont été absorbées dans le mouvement de mondialisation libérale, les menaces qu'il recele n'en sont pas moindres en terme de guerre pour le contrôle des matières premières ou des marchés comme en terme de guerre économique et sociale contre les populations.  Menaces de guerre, plus simplement.   

(a) "Ci-gît le colonialisme" Mouton 1973, etc ..

(b) Un article fort interessant "Marxisme et anticolonialisme" V. Touchaleaume 2005 Oumma.com

(c) A ce sujet, sur les luttes sociales à la Réunion : Vivre et travailler au pays - La CFDT BTP confrontée à des accusations diffamatoires.  et Vivre et travailler au pays - Conflit à La Réunion (Centrale thermique EDF) .

75° Anniversaire de la Révolution Espagnole . . . 

"Au printemps de 1931, le pouvoir dictatorial du roi Alphonse XIII fut renversé en Espagne et la république proclamée. Comme l'écrivait Pierre Monatte, dans "la Révolution Prolétarienne", "la voie était ouverte à la révolution espagnole". Mais ce n'était encore qu'une république bourgeoise, malgré la part majeure prise par la classe ouvrière au renversement de la monarchie et de la dictature. Nos jeunes amis marocains aperçurent immédiatement le parti qui pouvait être tiré de ce changement de régime. Je fus donc chargé d'écrire à Angel Pastana, alors secrétaire général de la centrale syndicale anarcho-syndicaliste, la Confédération Nationale du Travail (CNT) pour attirer son attention sur l'urgence qu'il y aurait à ce que le gouvernement républicain de Madrid accordât l'autonomie à la zone septentionale du Maroc colonisée par l'Espagne.

Une autonomie, qui serait une première étape vers l'indépendance. Une telle libération aurait eu de profondes et peut être décisives répercussions dans le reste du Maroc sous domination française. Mais Pastana fut incompréhensif et les républicains firent la sourde oreille : ils entendaient conserver leur petit "empire", comme en France, le feront plus tard les socialistes Léon Blum et Marius Moutet.

Quand, le 19 Juillet 1936, éclata la deuxième révolution espagnole, menée cette fois entièrement par le prolétariat résolu à barrer la route au coup d'état militaire du colonel Franco, de pressantes démarches furent entreprises, de nouveau, à Madrid, en liaison avec le mouvement national marocain et ses amis français. Elles n'eurent pas davantage de succès que les précédentes. L'Espagne républicaine et révolutionnaire ne voulait pas comprendre ou, absorbée par d'autres tâches plus pressantes, elle sous-estima l'importance et l'urgence du geste attendu d'elle.

Cette carence désastreuse permit à Franco de jeter, dans la guerre civile, des troupes autochtones levées dans la zone dite espagnole du Maroc, guerrières par excellence, contre la classe ouvrière et contre la Révolution." (Ci-gît .. p14)

Nb. Ce texte de Daniel Guérin fait l'impasse sur d'éventuelles négociations entre les Républiques française et espagnole sur la question du statu-quo au Maroc, négociations évoquées par d'autres auteurs. 

 . . et du Front Populaire

".. L'histoire(a), c'est ce qui a été et non ce qui aurait dû être. Néanmoins, au moment d'évoquer la façon dont s'achève une trop longue et trop sanglante tragédie, comment écarter de l'esprit la pensée que les choses auraient pu prendre un autre cours, que l'Algérie aurait pu accéder à la décolonisation, et notre prolétariat l'y aider, par des voies moins longues, moins coûteuses, moins atroces ?

Et, tout d'abord, comment ne pas dire ici que tant d'horreur aurait pu être évitée si avaient pu se faire entendre ceux qui, dès le temps du Front populaire de 1936, avaient entrevu les périls de l'avenir et crié dans le désert le droit du peuple algérien à l'indépendance ? Mais toutes les occasions de s'arrêter sur la pente suicidaire ont été, délibérément , manquées, les unes après les autres(b). Et l'heure de l'inévitable a fini par sonner.

[...]

Ne versons pas dans l'utopie. La "trève civiile" en Algérie dont avait rêvé un Albert Camus, pied-noir à la conscience déchirée, fait figure, rétrospectivement, de touchante chimère. Du côté Algérien, le recours aux armes était sans doute, le seul moyen qui restait pour émanciper un peuple si longtemps écrasé, berné, dépouillé et à qui l'on avait délibérément fermé toutes les autres voies menant à la liberté. [...]

Le FLN s'est réclamé d'une cohésion nationale nécessaire sans doute pour bouter dehors l'occupant colonial, mais qui a servi trop bien les intérêts de ses profiteurs bourgeois et petit-bourgeois [..] et substituer à la féodalité colonialiste une nouvelle féodalité bourgeoise, militaire et bureaucratique.

Enfin et surtout, la durée et l'horreur de l'épreuve ont laissé derrière elle un peuple exsangue, privé de ses meilleurs fils, épuisé physiquement et moralement, un pays ravagé. [...]

La Révolution algérienne, malgré toute ses bavures et toutes ses limites, ne fût-ce qu'en apportant la preuve de la puissance militaire politiquement impuissante d'une ci-devant grande puissance coloniale, et de l'inépuisable bravoure des plus humbles parmi les colonisés, a écrit un nouveau chapitre dans l'histoire de la libération de l'homme.

Mais il aurait pu être plus bref, plus fécond aussi, ce chapitre, si l'internationalisme prolétarien n'avait pas été désamorcé par la dégénérescence de la Révolution russe et s'il avait pu permettre aux travailleurs des deux rives de la Méditerranée de s'unir(c) - comme nous avions été quelques uns à le souhaiter dès 1936 - pour faire naître, sans de tels carnages, une Algérie à la fois indépendante, vraiment décolonisée et authentiquement socialiste." 

(a) "Quand l'Algérie s'insurgeait 1954-1962" La Pensée Sauvage - dif. Spartacus 1979  (page 184 et s.)

(b) Daniel Guerin revient fréquement sur la dissolution en 1937 de "L'Etoile Nord-Africaine" de Messali Hadj dans le cadre de le loi sur les ligues fascistes .. A noter quelques textes de Messali, traduits en anglais (!), sur Marxist.org.

(c) Daniel Guérin fait allusion au travail accomplit par le PSOP de Marceau Pivert dont il fut l'un des animateurs après l'exclusion de la SFIO. Au début de la guerre d'Algérie le premier meeting de solidarité, en France, était organisé par le Parti communiste internationaliste (trotskiste) de S. Just et la Fédération communiste libertaire de G. Fontenis.

Nb. Le Code de l'indigénat introduit en 1874 qui facilite la spoliation des terres et empeche toute expression démocratique ne sera, officiellement, supprimé qu'en 1946, etc.

Algérie - aujourd'hui. 

"Pour beaucoup, le seul changement d’envergure réside dans l’ouverture à la concurrence du secteur de l'audiovisuel, mettant ainsi un terme à un monopole d'État. Le texte prévoit également la création d'une autorité de régulation des médias audiovisuels. Selon le projet de loi, l'ouverture de l'audiovisuel est proposée sur la base d'une « convention qui sera conclue entre la société algérienne de droit privé concernée et une autorité de régulation de l'audiovisuel, validée par une autorisation délivrée par les pouvoirs publics ».

Autre changement important à souligner : la dépénalisation du délit de presse, réclamée par les journalistes algériens depuis les années 1990. Pour le reste, rien de révolutionnaire. « Les avant-projets de lois sur les partis politiques et les associations n’apportent aucune nouveauté », souligne El Watan.

Du côté de l’opposition, même son de cloche. À travers un communiqué, le Front des forces socialistes (FFS) « exprime sa conviction que le processus de réformes engagé par le pouvoir algérien ne va pas dans la bonne direction. Il n’offre aucune garantie pour le pluralisme politique, la démocratie, les libertés et les droits de l’homme». Le plus vieux parti de l’opposition dénonce aussi « la persistance des logiques et des gestions sécuritaires en Algérie, appelle ses partenaires politiques à refuser les chantages à l’instabilité et à l’insécurité dans l’aire maghrébine comme il appelle à refuser les marchandages douteux en matière économique et énergétique » .."  Jeune Afrique - Après le lancement des réformes Bouteflika - 13/09/11 extrait.

 

Nb. Le FFS est membre de l'Internationale (libérale-) socialiste.

Visiter : Maison des syndicats autonomes algériens

 

  Daniel-Guerin.jpg

Daniel Guérin (1904-1988) - .. jusqu'à son dernier souffle, anti-colonialiste, déjà bien fatigué, il avait tenu à manifester publiquement son soutien au peuple Kanak, la nouvelle et le récit de cette participation avait été commenté avec émotion dans notre comité de province.

J'avais eu la chance de le rencontrer quelques vingt ans plus tôt et de bénéficier - avec tant d'autres jeunes communistes libertaires - de ses encouragements, le témoignage de notre souvenir respectueux. 

M.B.  

 

Visitez le site des Amis de Daniel Guérin

Publié dans Révolutions

Commenter cet article