La politique de la peur - Serge Quadruppani

Publié le par Mae Bat

 

   Quadruppani-Politique de la peur

"La politique de la peur, c'est celle qui, menée par la droite comme par la gauche, empile les lois liberticides, développe sans relâche les techniques de surveillance et les fichiers, et choisit de brandir toujours plus haut la menace "terroriste". C'est celle qui au nom du 11 septembre, s'en prend quotidiennement aux étrangers, aux jeunes, aux internautes, aux prostitués, aux chômeurs, aux autres, à tous les autres. Celle qui, avec l'active complicité des médias, fabrique des ennemis imaginaires (le groupe de Tarnac, Cesar Battisti ..) pour mieux détourner notre attention des oppressions quotidiennes.

Pour les dirigeants politiques qui tentent vainement de gérer l'économie globale, la politique de la peur permet de compenser leur quasi-impuissance par un activisme surmédiatisé. C'est enfin une "politique de civilisation" qui est à la fois négation de la politique et de la civilisation." L'Editeur, Février 2011.

 

 

Hors Mauvais sujet - Autogestion

"Hors sujet", "mauvais sujet", ce sont là quelques unes des catégories qui ont bercé ma jeunesse. Mais sommes nous là "hors sujet" ? ne sommes nous pas également la cible des "politiques sécuritaires" ? des sur-médiatisations qui cherchent à faire de nous des "little brothers" ? Quadruppani connaît son Orwell qui permet ici d'introduire ses réflexions sur les inquiétantes évolutions de notre société : "Réseau de pouvoirs nationaux et transnationaux, l'empire est par essence mouvant, car l'équilibre entre les pouvoirs qui le composent ne cesse de changer. Il est aussi absolument immobile, car ces pouvoirs partagent fermement un but ultime : faire exister la civilisation qui les fait vivre .. , l'empire c'est l'ordre des choses lui-même."

Ou plus trivialement dressé ce tableau de notre monde, dans ce quoi baigne notre "actualité" : ".. la décadence de la démocratie représentative parvenue au point où remarquer que le parlement n'a pas voté la guerre devient un rituel creux avant de partir en guerre." 

Quadruppani est un essayiste brillant, qu'il nous aide encore a rester de "mauvais sujets". 

Publié dans Hors sujet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article