Démondialisation, une tentation diabolique. Frédéric Lordon et "Le Monde Diplomatique"

Publié le par Mae Bat

"Nous avons fait voir ce qu'est la fraternité que le libre échange fait naître entre les différentes classes d'une seule et même nation. La fraternité que le libre-échange établirait entre les différentes nations de la terre ne serait guère plus fraternelle. Désigner par le nom de fraternité universelle l'exploitation à son état cosmopolite, c'est une idée qui ne pouvait prendre son origine que dans le sein de la bourgeoisie." Karl Marx
Démondialisation, une tentation diabolique.

Est il suffisant de reprocher aux partisans de la démondialisation quelques faiblesses d'esprit ou simplement d'être de dangereux réactionnaires, je crois ici légitime en cette veille de 15 Août d'ajouter à celà la dénonciation d'un complot diabolique.

D'ailleurs les partisans de la "mondialisation" ne manquent pas d'humour, surtout lorsqu'ils sont de "gauche", pour nous mettre en garde contre les effets destructeurs d'emplois du protectionnisme - on aurait décidement, grace à eux, échappé à un désastre.

Qu'en sera-t-il de nos emplois quand, après la Chine(a) et le Vietnam, la mondialisation s'emparera de l'Afrique pour installer là ses ateliers, c'est la question pertinente que pause F. Lordon, ou plutôt qu'en restera-t-il de nos emplois ..  

Les chemins de "La Raison mondialisante" échappent à la géographie du bon sens commun, voilà qui justifierait pleinement les privilèges et les pouvoirs de l'oligarchie dont l'unique obsession est de "rester dans le jeu" :

".. trouver à redire. Mais seulement le minimum .. pour toujours se maintenir au centre de gravité du discours légitime - tel qu'il exige maintenant par exemple de se montrer ferme, au moins en mots, avec la finance - et ainsi continuer d'"en être" .. Daniel Cohen consent des réserves qu'il avait sans doute longtemps retenues sur le pouvoir actionnarial ... Même M. Lawrence Summers, ex-conseiller économique de M. Barack Obama .. admet que les  salariés américains ont "de bonnes raisons" de penser que "ce qui est bon pour l'économie globale n'est pas forcément bon pour eux" ..."

"Le Monde Diplomatique" Août 2011, en kiosque.

Mais si cette dernière remarque de Lawrence Summers ouvre une autre lecture, autre que nationaliste, de la démondialisation il convient en préalable de relever l'inévitable charge "anti-fasciste" sans quoi on pourrait douter de l'existence d'une extrème-gauche française et comme le relève Lordon c'est ici Attac qui s'y colle en dénonçant des "politiques brunes" au nom d'un hypothétique "alter mondialisme".

Pour nous(b) c'est bien davantage l'occasion de constater que le fossé se creuse un peu plus, comme déjà remarqué en 2005 lors de la campagne du référendum sur le Traité constitutionnel européen, entre "l'élite politique" et la population qui majoritairement se déclare favorable à des mesures protectionnistes aux frontières de la France ou de l'Europe. Sans bien sûr que ce soient là des mesures qui pour être éfficaces puissent être prises isolément d'un ensemble d'autres politiques.

Mais ce que nous devons constater là c'est bien une crise des idéologies, une crise des idéologies en même temps qu'un resserement des paradigmes, défense de la mondialisation dont l'internationalisme devriendrait une variante, défense de l'euro ou de l'europe(c). La campagne présidentielle en France permet encore de constater la transformation "des idées les plus subversives" en marchandise électorale acceptable(d) et bon marché (!) donc et y compris la démondialisation ou la décroissance. Fausse note, c'est le milliardaire Warren Buffet, campagne américaine oblige, qui souffle la vedette aux Bolloré et autres Pinault (Sarkozy Band, ou Hollande, ..) quand à faire payer des impôts aux plus fortunés(e).

Lutte des classes et démondialisation. 

".. la classe ouvrière sera quelquefois plus heureuse. Elle aura parfois plus que le minimum; mais ce surplus ne sera que le supplément de ce qu'elle aura en moins dans le temps de la stagnation industrielle." Karl Marx

Mais venons en à ce qui est pour nous l'essentiel de l'analyse conduite par Frédéric Lordon, comment articuler lutte des classes et démondialisation, et mérite que l'on s'attache à la lecture et l'analyse de cet article du Monde Diplomatique 

"Il est très évident que tous les antagonismes ne répondent pas à la grammaire nationale, mais aussi à des grammaires autres, et parfois transversales - l'antagonisme de classe, par exemple. Mais l'on ne saurait retenir parmi ces multiples grammaires seulement celle de sa préférence ! Quant à savoir si l'une d'elle jouit de quelque primat, c'est une question qui n'admet aucune réponse générale, mais se trouve chaque fois déterminée par la configuration particulière des structures du capitalisme.

"On peut bien observer que le salariat chinois et le salariat français se situent dans le même rapport d'antagonisme de classe chacun vis à vis de "son" capital, il n'en demeure pas moins que les structures de la mondialisation économique les placent aussi et objectivement dans un rapport d'antagonisme mutuel - contre lequel aucune dénégation ne pourra rien.

"En appeler à la solidarité de classe franco-chinoise procède d'un universalisme abstrait ignorant des données structurelles concrètes et de leur pouvoir de configurer des conflits objectifs - soit ironiquement tout ce que Karl Marx reprochait aux "jeunes hégéliens de gauche" : plutôt que d'escompter des "essences" (l'"essence" du salariat ou "l'essence" de la lutte des classes) qu'elles produisent toutes seules d'improbables effets, il vaudrait mieux songer à refaire les structures réelles qui déterminent réellement les (multiples) rapports dans lesquels entrent les divers groupes sociaux."

 

"Ce n'est que lorsque les salariats nationaux sont soustraits aux rapports antagoniques auxquels les voue le libre-échange inégal que peuvent se déployer des solidarités transversales (transnationales), faisant alors prévaloir la grammaire classiste sur la grammaire nationaliste - en somme, respecter le "fait national" pourrait être le meilleur moyen de donner sa chance (internationale) au "fait de classe" salarial. .."   

En 1968 déjà, et la chose s'accelera ensuite, il était de bon ton d'annoncer la fin du prolétariat, de dire adieu à la classe ouvrière et sinon de constater la mort (?) de Karl Marx. Ces analyses menées sur le court et moyen terme auront anticipé, parfois à "l'insu de leur plein gré", les innovations boulversantes des bureaux d'études socialistes (Saint Simon,Terra Nova, ..), se détourner des populations modestes qui ne font ni l'histoire ni ne peuvent nourrir l'oligarchie.

Dans les faits, le libéralisme économique devenait l'horizon indépassable dont on devait attendre les bienfaits, on dissertait sans fin sur les bienfaits "du marché" et dans le cas présent des bienfaits de l'europe ou de l'euro. Sans éliminer les conséquences de la concurrence internationale, on repoussait aux frontières de l'europe ses conséquences ultimes comme la guerre pour les matières premières ou leur acheminement (Irak, Afghanistan, Libye, ..). Mais pécisement, dès l'origine, les analyses "post révolutionnaires" n'étaient elles pas limitées aux frontières du "noyau dur" occidental(f)

Aujourd'hui, la reconstruction d'une autonomie de classe passera par la rupture avec l'idéologie de la bourgeoisie libérale dominante, et ses oeuvres, et non plus par une alliance, "révolutionnaire" à l'époque de cet article de Karl Marx (1848 !),  dont on "attendrait" quelque catastrophe économique et sociale (supplémentaire ?) engeandrant mécaniquement une situation révolutionnaire(g), ou pire encore à la manière du social libéralisme en attendrait la solution de nos problèmes, même les plus triviaux .

à suivre ..

 

(a) Extrait du blog "Tout sur la Chine" - Les Français pour le protectionnisme, Juin 2011, extrait.

"Un conformisme qui confine à l'aveuglement : quiconque s'intéresse de près à l'actualité économique voit bien que, depuis quelque temps, des patrons parmi les plus connus remettent en cause la naïveté des Européens en matière d'échanges commerciaux. C'est le cas, dernièrement, du PDG d'Alstom Transport, Philippe Mellier, qui s'emporte contre le détournement de technologie opéré par les fabricants chinois de trains (2). C'est Martin Bouygues qui, comme l'ont déjà fait plusieurs grands patrons américains, affirme (3) : "Je fréquente la Chine depuis plus de trente ans et je peux vous dire que le marché chinois du BTP est inaccessible aux entreprises non chinoises." En l'occurrence, ces patrons français ne font que suivre leurs collègues américains qui, tel le PDG d'Intel, ont déjà tiré la sonnette d'alarme : l'industrie des pays américains et européens est en train de s'effondrer, comme le montre l'étude annuelle du Boston Consulting Group, selon laquelle il n'y a plus aucune société américaine ou européenne parmi les 10 premières entreprises mondiales les plus rentables."

(b) Lire le billet : Quitter l'Union européenne pour établir la démocratie ?

(c) Pour ces raisons nous avons renoncé à rendre compte de la publication néo-syndicaliste "Les Temps Nouveaux".

(d) "Votez pour la démondialisation" Arnaud Montebourg , la brêve préface d'Emmanuel Todd réduit à néant et en une ligne la portée de la démonstration "En homme d'Etat, il admet que la solution passe par une négociation ferme et amicale avec l'Allemagne.", mais encore le rêve européen .. 2€.

et aussi - "JL Mélenchon fait son "outing" antiproductiviste !" Le Sarkophage n°25 Juillet-Septembre 2011, 2.50€.

(e) Extrait du communiqué Reuters du 16 Août 2011 :

par Ben Berkowitz NEW YORK, 16 août (Reuters) - Le milliardaire américain Warren Buffett a lancé un pavé dans la mare en appelant lundi à une hausse des impôts pour les plus riches aux Etats-Unis, dans une tribune publiée par le New York Times....son appel, qui a fait le tour d'internet, a pris une résonance particulière dans un contexte économique troublé par la crise des dettes souveraines et l'abaissement de la note américaine. A la commission bipartisane du Congrès qui étudie actuellement des moyens de réduire le déficit américain et présentera ses propositions à l'automne, Warren Buffett propose de relever immédiatement le taux de taxation des revenus imposables supérieurs à un million de dollars. "Mes amis et moi-même avons trop longtemps été gâtés par un Congrès en bons termes avec les milliardaires. Il est temps pour notre gouvernement de s'atteler sérieusement au partage des sacrifices", écrit Warren Buffett. L'investisseur déclare avoir versé 6.938.744 dollars d'impôts l'an dernier, soit 17,4% de son revenu imposable. "Cela peut sembler beaucoup d'argent. C'est en fait le taux d'imposition le plus bas de l'ensemble des vingt personnes de notre bureau. Leurs taux d'imposition varient de 33 à 41%." ..."

(f) .. mais aussi un discours de guerre comme il échappera à Castoriadis devant l'effondrement, militaire, de l'Urss ?

(g) Karl Marx "Discours sur le libre-échange" 1848, quelques phrases extraites de la conclusion :  

"D'ailleurs, le système protectionniste n'est qu'un moyen d'établir chez un peuple la grande industrie, c'est à dire de le faire dépendre du marché de l'univers, et du moment qu'on dépend du marché de l'univers, on dépend déjà plus ou moins du libre-échange. Outre cela, le système protecteur contribue à développer la libre concurrence dans l'intérieur d'un pays ..

"Mais en général, de nos jours, le système protecteur est conservateur, tandis que le libre-échange est destructeur. Il dissout les anciennes nationalités et pousse à l'extrème l'antagonisme entre labourgeoisie et le prolétariat .. C'est seulement dans ce sens révolutionnaire, Messieurs, que je vote en faveur du libre-échange." ..  (et le socialiste Pascal Lamy, directeur de l'OMC son disciple ? - plaisanterie.)

Toutes les citations de K.Marx sont ici extraites de ce texte.

PS. Les fautes d'orthographe et de grammaire, de synthaxe encore, sont l'oeuvre de la rédaction.

  NB. Cet article, faute d'apporter au lecteur le plus attentif des nouvelles du monde une compréhension meilleure de notre situation, nous permet de préciser nos rientations politiques ou d'en permettre le débat.

Publié dans Débat

Commenter cet article